• 12 - Vendredi

      Bon, on y est. Vendredi midi. La secrétaire avait un petit air de pitié. Bof, en fait, j’en avais marre de ce boulot, de ces bureaux où on se pèle à longueur de journée. Et puis je n’avais jamais remarqué à quel point ça puait le produit d’entretien. Ils ont changé leur marque sûrement parce que c’est quasi insupportable. Allez, c’est mon tour. Destang vient de quitter le bureau avec un air narquois. Je le fixe droit dans les yeux. Il pâlit brusquement et s’enfuit comme si j’avais montré les dents. Quelle lavette ce mec !

      Le DRH me fait asseoir d’un air compassé. Il m’explique que, malheureusement, mon contrat ne sera pas renouvelé dans un mois. Je reste de marbre tandis qu’il s’empêtre dans des explications embrouillées. Je ne dis rien. Pourquoi ce type m’impressionnait-il les autres fois ? Sa Rolex, c’est une fausse, comme celle de Destang d’ailleurs. Son costume n’est pas si impeccable que ça. Et puis d’un point de vue juridique, il n’est pas dans son droit. Cette certitude s’impose à moi. Lorsqu’il semble à bout de mots compliqués, je lève un sourcil. Il se fige.

    « Si je résume bien, vous m’avez exploité en CDD répétitifs depuis 3 ans en me faisant miroiter un CDI. Sous le prétexte de cinq retards en dix jours, alors que jamais en trois ans ça ne m’était arrivé, vous me lourdez ? Sans même chercher à savoir si j’ai une raison valable ? Alors que je rattrape le soir le temps perdu le matin. Vous savez quoi, je vais peut-être aller jusqu’aux prud’hommes après tout. »

      Vu sa tête, j’ai tapé juste. Mais je n’ai pas envie de rester dans cette boîte, non. Il bafouille.

    « Ne vous énervez pas… Je vous en prie on va trouver un arrangement… Vos jours de congés… Une prime conséquente… Une lettre de recommandation… Un départ à l’amiable… »

    Vains dieux, il tremble maintenant !

    12 - Vendredi

     « Vous feriez mieux d’arrêter cette fichue clim’ ! Bon, OK pour vos conditions. Je pense solder mes congés et mes RTT, un mois, ça doit régler à peu près le compte. Vous me préparez tout ça pour la fin de l’après-midi, je vais mettre mon bureau en ordre pour mon successeur. »

       Quand je reviens, il a tout préparé au cordeau. Je passe saluer Mélina qui m’embrasse sur la joue. Elle frissonne. Pas étonnant avec son T shirt riquiqui.

    « 11 - Jeudi13 - Samedi matin »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :