• 13

    « Et merdeeeeeeeeeeeeee ! »
        Désabusé, Max se laissa tomber dans son siège, la tête entre les mains. Il n'en restait plus que deux. Nom de Dieu, elle était passée où sa main verte ? Cette nouvelle plante représentait un espoir tellement fort, qu'il ne pouvait se résoudre à abandonner, ni à sacrifier les dernières pousses.

    Background mulestance on FlickR

     

    Il avait pourtant reproduit dans la serre des conditions strictement identiques à celles de l'oasis :  les températures étaient les mêmes, l'exposition aussi, la composition du sol... Les ramures récupérées étaient en parfait état. Et voilà qu'elles étaient mortes ! Qu'est-ce qu'il avait raté ? Tout, il avait tout mesuré deux fois pour être tranquille. Et il avait recommencé une troisième, par peur que la présence de « sa » récolteuse ne l'ait distrait à un mauvais moment. Sûr qu'il cherchait un moyen de la revoir mais pas à ce prix !
    « Ça n'a pas l'air d'aller fort, doc ! »
        Tiens quand on pensait au loup... La jeune femme vint s'asseoir sur un coin du bureau.
    « Salut Hannah ! Je...
    - Tu ?...
    - J'ai merdé ! Et je ne comprends pas pourquoi ? Ni comment !
        Vu sa tête, il était dans une rage folle, contre lui-même. Pour une fois, elle n'éprouva pas l'envie d'en rajouter.
    - La plante miracle ? demanda-t-elle doucement.
    - C'est un cauchemar, Hannah. Un cauchemar ! Dès que la première racine a pris, elles sèchent sur pied. En un éclair. Je n'ai pas dû assez creuser ce fichu terrain. J'ai été négligent...
    - On y retourne quand tu veux, doc. Mon pickup est prêt. »

    Background sjb4photos on FlickR

     

    Il leva sur elle ses yeux clairs. Elle refusa en bloc toutes les émotions qui la traversaient.
    « Tu me changes ce regard fissa, je ne suis pas ta bonne samaritaine, ni quoi que ce soit d'autre, d'ailleurs ! Je repars en « récolte ». Je venais juste te prévenir. Alors là-bas ou ailleurs... »
        Il haussa les épaules.
    « Comment refuser une proposition si courtoise ? Laisse-moi le temps de me changer, et on décolle.
    - Te changer ? Tu peux y aller comme ça, y aura que toi et moi. Pas de minette à emballer dans mon coffre aujourd'hui, hélas !
    - Je vois que tu as remis ta tenue sexy de la mort, alors je vais aller remettre aussi la mienne. Elle doit être sèche. Tu avais eu l'air d'apprécier la dernière fois, bondit-il malicieusement vers la porte. »

    « 1214 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Juillet 2010 à 17:27
    Ahah la phrase pour rattraper le plantage de tenue *sort en courant* A mon avis la plante ne peut pousser qu'en liberté et pas dans une serre u_u
    2
    SheZeve
    Dimanche 1er Août 2010 à 20:52
    AAAARG ! Allez petite plante, allez !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :