• 27

    L'air délicieusement frais du dehors arrêta Coriolan à quelques mètres de son véhicule. Il respira profondément, l'esprit encombré de scènes qui lui semblaient décousues et qu'il avait bien du mal à rassembler en un épisode cohérent. Il farfouillait sa poche à la recherche de son paquet de cigarettes lorsqu'il aperçut une petite fille qui le regardait avec insistance. 

    Quand elle amorça quelques pas dans sa direction il prit son expression la plus sévère dans l'espoir de la décourager d'approcher. En vain.

    VIII-1

     Arrivée près de lui, elle s'accrocha à son pantalon et il fut bien obligé de s'agenouiller pour se mettre à sa hauteur.

    « Abomination de la désolation ... Les enfants, c'est comme les chats en fait ... ils vont toujours vers ceux qui ne les aiment pas !! »

    - Oui ? Tu as besoin de quelque chose ?

    - Dis, monsieur, pourquoi tu portes une perruque ?

    - Ah, mais ce n'est pas une perruque ! Ce sont mes vrais cheveux !!

    Et comme pour vérifier ses dires, la petite fille agrippa dans sa menotte une longue mèche échappée du catogan, qu'elle tira férocement.

    Coriolan grimaça de douleur. Tout en libérant précautionneusement ses cheveux du petit poing fermé, il surveillait les alentours dans l'espoir de voir surgir les parents. Évidemment, personne ne se manifesta. C'était bien sa veine !

    - Tu es avec ta maman ?

    La petite fille hocha la tête en signe de dénégation.

    - Tu es avec ton papa, alors ?

    Nouvel hochement de tête.

    - Tu es toute seule ? Demanda-t-il, vaguement inquiet à l'idée de se retrouver avec l'enfant sur les bras.

    - Je suis avec tatie. Elle parle au téléphone. Là-bas... indiqua-t-elle du bout du doigt. Alors j'a partie devant... Et puis je t'a vu !

    - Quelle chance ! Maugréa-t-il. Bon. Je suppose qu'on n'a plus qu'à attendre ta tatie. Viens, on va patienter sur ce banc.

    VIII-2

    Après l'avoir hissée dessus, il s'installa à ses côtés, cala son menton dans la paume de sa main et attendit.

    Il guettait l'entrée de la salle de réception, espérant que quelqu'un – une femme de préférence, car les femmes , c'est bien connu , savent toujours comment se comporter avec les enfants! - vienne le sauver de ce tête-à-tête improbable.

    Il sentait sur lui le regard insistant de la fillette qui, indisposée par cette immobilité forcée, se tortillait sur le banc.

    - Je m'appelle Nour, et toi ?

    Coriolan poussa un profond soupir.

    - Coriolan.

    Puis, il se tut, ennuyé à l'avance de devoir subir le babillage insipide de la gamine.

    La petite fille pencha la tête de côté pour tenter d'accrocher son attention.

    - Dis, Coyolan, t'as une amoureuse ?

    Il sursauta, surpris par cette question inattendue.

    « Misère de misère, je rêve ou je suis en train de me faire draguer par une rase-moquette ? Si Azra me voyait, il m'accuserait de les prendre au berceau... »

    - Tu es bien curieuse, dis-moi...

    - Moi, je suis sûre que t'as une amoureuse...insistait la petite Nour .

    - Une amoureuse ? Pourquoi une seule ?

    Il s'inclina vers elle et lui murmura sur le ton feutré du secret.

    - En fait, j'ai plein d'amoureuses, Nour.

    La fillette posa sur lui des yeux arrondis de surprise, puis, se mit à rire sous cape, comme enchantée de la plaisanterie.

    - Ha mais c'est pas possible, Coyolan... tu peux pas avoir plein d'amoureuses... Tu dois en en choisir une !

    - Tu crois ?

    Il fut interrompu par l'arrivée d'une femme d'une trentaine d'années. La tatie de Nour, sans aucun doute.

    « 2628 »

  • Commentaires

    1
    SheZeve
    Jeudi 8 Juillet 2010 à 04:00
    C'est trop mignooooooon lol
    2
    Jeudi 8 Juillet 2010 à 06:49
    Bis! Elle est terrible cette petite Nour!
    3
    Link
    Vendredi 9 Juillet 2010 à 10:37
    Trop craquante ! Elle devrait venir faire aussi des leçons à mes élèves, j'arrête pas de leur dire qu'ils peuvent pas avoir toutes les filles de la classe pour amoureuses, ça fait des histoires !
    4
    Isis
    Vendredi 9 Juillet 2010 à 11:50
    C'est trop attendrissant, cette scène !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :